♡ LIVRAISON GRATUITE EN FRANCE METROPOLITAINE A PARTIR DE 190€ ♡
vélo femme cycliste urbaine, la place des femmes à vélo
vélo femme cycliste urbaine, la place des femmes à vélo

« Où sont les femmes ? » se demande Patrick Juvet en regardant les pistes cyclables de nos villes. Même si chaque année, la femme monte un peu plus en selle, leur place à vélo est encore trop limitée.
Comment s’explique cette différence « genrée », quels sont les freins et quelles sont les motivations des cyclistes urbaines ?
Et surtout, comment faire bouger les lignes (des pistes cyclables 😊) à l’avenir ?

Quelques chiffres

En moyenne les femmes ne représentent que 40 % des cyclistes urbains.

  • Bordeaux Métropole a réalisé une étude en 2019 ** qui démontrait :
    Que la pratique du vélo en ville restait plus faible chez les femmes (elles n’étaient que 38 % des cyclistes), malgré une augmentation globale de trafic de 40 % entre 2013 et 2018.
    Que la nuit et par temps de pluie, leur proportion dégringolait à 22 %.
  • De plus on observe un net décrochage de la pratique cycliste chez les femmes aux alentours de 30-35 ans, à chaque naissance d’un nouvel enfant.
  • Bref, le vélo reste encore masculin à la fois dans sa pratique et dans les codes.
    « Le vélo en tant que pratique sportive, c’est à 85 % des hommes* ».
tout le monde a vélo

Les freins à la pratique féminine du vélo

  • Premier frein, la sécurité: à vélo, il nous faut surmonter des peurs bien ancrées, et affronter les comportements sexistes.
    • Depuis le plus jeune âge, on encourage les petits garçons à enlever plus rapidement leurs petites roulettes, on déconseille à nos ados filles de prendre le vélo dès que la nuit tombe…
    • Dans la rue, nombreux sont les comportements masculins insultants voire dangereux, tels que ceux qui baissent leur fenêtre au feu pour faire une remarque sur nos jambes ou nos fesses, ou ceux qui démarrent ou nous doublent en trombe pour démontrer leur supériorité…
  • Ensuite, ce qu’on appelle les chaines de déplacement: ce sont les arrêts multiples et les chargesà porter qui font notre quotidien.
    • A vélo, les femmes sont plus chargées ** (bagages, sacs de courses, vestes, parapluies).
    • Les hommes favorisent le sac à dos. Ils sont deux fois plus nombreux à ne rien transporter et trois fois moins nombreux à avoir des sacoches ou un porte-bébé.**
  • Et pour finir, comment garder l’allure ?…
    • On commencera par le fameux problème de la jupe (ou de la robe). Je consacrerai un article sur ce seul sujet que toutes les cyclistes urbaines évoquent avec des trémolos dans la voix… Mieux vaut il porter une jupe courte qui dénude les jambes parfois jusqu’à la culotte ou une longue qui va se prendre dans les rayons jusqu’à la chute finale ? Pour beaucoup d’entre nous, on a résolu le problème : on ne met plus de jupe à vélo 
    • Si les vélos sont aujourd’hui parfaitement adaptés à nos morphologies (cadre ouverts, selles plus larges etc), les accessoires manquent cruellement de féminité et d’élégance. Heureusement quelques marques émergent pour être chic et pratique à vélo : les vêtements Cycladine , les jupes de pluie Georgia in Dublin, les paniers Petite Reines et les sacoches Belle en Selle 

Les boosters

  • Les infrastructures, à commencer par la multiplication des pistes cyclables, sont évidemment l’un des plus gros boosters de la pratique féminine urbaine.
    Une étude menée à l’été 2020 après l’installation des coronapistes à Paris a révélé que la part des femmes à vélo est passée de 36 à 41% soit une augmentation de 5 points !
  • Le Vélo à assistance électrique est également un formidable déclencheur :
    D’une part il permet de transporter des charges lourdes, que ce soit des enfants, des colis, des affaires de rechange, des courses… grâce à l’assistance électrique.
    Il offre également « une possibilité d’émancipation » : le vélo permet d’échapper au harcèlement de rue en s’éloignant rapidement, d’augmenter les distances parcourues et de se déplacer de manière autonome.
se mettre au vélo, femmes à vélo

Et demain?

Inutile de le rappeler ici : l’enjeu politique de la mobilité douce est majeur dans les décennies à venir, au niveau écologique et économique. Pour accélérer la mutation à la mobilité douce, il va bien falloir faire avec les femmes !  

 

L’association « Les femmes à vélo » a été créée au mois de novembre 2022 en se fixant plusieurs missions pour encourager la pratique du vélo au féminin. Vous trouverez la charte complète sur le lien.

 

  • Il faut continuer sans relâche l’amélioration des infrastructures à l’instar de villes modèles comme Copenhague :
    • des pistes cyclables larges pour sécuriser les sièges bébé ou les cargos,
    • idéalement séparées des voitures, sans feu rouge commun
    • des parkings à vélo sécurisés et éclairés la nuit
  • Il faut former, informer, et sensibiliser les femmes et les fillettes dès le plus jeune âge à la pratique du vélo urbain.
    • On ne peut que louer les initiatives comme cette table ronde organisée par le réseau de réparateurs Cyclofix en 2020, qui a abordé la question de la féminisation du vélo en milieu urbain.
    • Continuons également à féminiser l’offre, à proposer des accessoires qui plaisent et qui conviennent aux femmes, et ça c’est toute la mission de Belle en Selle 😊!
picto femme a velo belle en selle

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Se connecter
Fermer
Panier (0)

Votre panier est vide. Votre panier est vide.